Gamme Actuelle
Communiqués
Dossiers de presse

1917-2017 : 100 ans d'automobiles Mitsubishi - Le rallye Dakar
Dimanche, 22 Janvier 2017

À l’aube du centenaire - 22 janvier 1985 - Première victoire du Mitsubishi Pajero au rallye Dakar - Trois ans seulement après son lancement sur le marché et deux ans après sa première apparition sur le Dakar, le Mitsubishi Pajero entamait une série record de 12 victoires dans ce rallye considéré comme le plus exigeant au monde. Expertise technique, qualités de pilotage et stratégie d’équipe... Telle est la combinaison gagnante à l’origine de l’aura exclusive de Mitsubishi Motors Corporation (MMC) sur le marché hautement concurrentiel des SUV.

Trois ans seulement après son lancement sur le marché et deux ans après sa première apparition sur le Dakar, le Mitsubishi Pajero entamait une série record de 12 victoires dans ce rallye considéré comme le plus exigeant au monde.

 

Expertise technique, qualités de pilotage et stratégie d’équipe... Telle est la combinaison gagnante à l’origine de l’aura exclusive de Mitsubishi Motors Corporation (MMC) sur le marché hautement concurrentiel des SUV.

 

 

  • Le rallye Dakar est l’une des courses d’endurance les plus réputées au monde, et les 12 victoires décrochées par Mitsubishi Motors entre 1985 et 2007 - un record sans précédent - ont valu à la marque et à son nouveau Pajero le statut d’icône au niveau international.

 

Créé par Thierry Sabine, un aventurier dans l’âme, le rallye Dakar vit le jour en 1978. Considéré au départ comme un petit rallye destiné aux passionnés français de tout-terrain, il devint très rapidement un événement d’envergure internationale, attirant les plus grands constructeurs mondiaux d'automobiles et de deux-roues, désireux de promouvoir leurs produits dans l’une des régions les plus inhospitalières au monde – le désert du Sahara.

 

 

  • À l’autre bout de la planète, les ingénieurs et responsables de la planification produit de MMC observaient avec grand intérêt l’émergence d’un nouveau segment, celui des « SUV lifestyle ».

 

Après avoir « sondé le terrain » en 1979 avec le concept Pajero II, la marque finit par investir ce qui n'était encore en mai 1982 qu’un marché tout juste émergent, avec le lancement de son tout premier Pajero, lointain descendant de l’emblématique 4x4 de Mitsubishi, le PX33 de 1936.

 

 

  • Mitsubishi Motors prit la décision de participer pour la toute première fois au rallye Dakar en 1983, au travers d’une petite équipe basée en France, créée à l’initiative de Sonauto, son importateur de l'époque, et placée sous la direction de Ulrich Brehmer.

 

Pour ses débuts relativement modestes en compétition, Mitsubishi engagea un véhicule proche du modèle de série qui se classa à la 11ème place du classement général entre les mains de l’Écossais Andrew Cowan, qui prendrait plus tard la tête du programme FIA WRC de Mitsubishi Ralliart Europe en Angleterre.

 

 

  • L’équipe commença à développer le Pajero dans l’optique de l’aligner dans des épreuves de tout-terrain, tout en bénéficiant du soutien plein et entier de sa direction à Tokyo. Il ne lui fallut alors que deux ans pour remporter sa première victoire sur le Dakar.

 

Le 22 janvier 1985, le pilote français Patrick Zaniroli et son navigateur Jean Da Silva franchirent en vainqueur la ligne d'arrivée au Sénégal avec une avance de 26 minutes et 19 secondes sur leurs coéquipiers, Cowan et Johnstone Syer.

 

Cette première victoire est à l’origine de la fantastique réputation que le constructeur se forgea sur le marché des SUV au cours des deux décennies suivantes, où il remporta un succès planétaire qu’aucun autre constructeur de SUV n’a réussi à égaler à ce jour.

 

 

 

  • Mitsubishi Motors s’aligna au départ de tous les Dakar et de plusieurs épreuves majeures de la Coupe du Monde des rallyes-raids de la FIA entre 1983 et janvier 2009, date de la dernière participation de l’équipe au Dakar.

 

 

  • En guise de clin d’œil au tout premier 4x4 conçu par Mitsubishi, Sonauto développa une version rallye-raid du PX33 reprenant les trains de roulement du Pajero. Mitsubishi Motors participa à l’édition 1989 du rallye Paris-Tunis-Dakar avec une équipe d’usine composée de sept voitures, dont l’une d’elles, pilotée par le Français Jean-Pierre Jaussaud, termina à la 31ème place du classement général.

 

 

 

  • MMC dut patienter sept ans avant de décrocher une deuxième victoire à l'occasion de l’une des éditions du Dakar les plus longues et les plus difficiles jamais organisées par TSO (Thierry Sabine Organisation). Le Dakar 1992 est parti de Paris et s’est achevé au Cap, après avoir traversé 11 pays africains et la totalité du continent noir.

 

L’ancien pilote de moto Hubert Auriol dut faire face à une énorme tempête de sable, et même à une guerre civile localisée au Tchad pour devenir le tout premier concurrent à remporter le Dakar sur deux et quatre roues. En amenant à la victoire son prototype Pajero Sonauto-Mitsubishi, il permit à Mitsubishi de rafler magistralement les trois premières places de cette édition du Dakar, de loin la plus ambitieuse jamais organisée.

 

 

  • L’année suivante, ce fut au tour de Bruno Saby et de son coéquipier français, Dominique Serieys, de remporter la victoire – un troisième succès pour Mitsubishi – lors de l'arrivée traditionnelle au Sénégal.

 

 

  • Le niveau de compétition ne cessait de croître d'année en année, et la petite équipe, depuis ses ateliers du fin-fond de la France, commença à être réputée pour son excellence en matière d’ingénierie et son souci du détail qui contribuèrent directement à la qualité et à la robustesse de la version de série du Mitsubishi Pajero.

 

 

  • Mitsubishi Motors remporta deux victoires consécutives en 1997 et 1998 avec les voitures pilotées par Kenjiro Shinozuka et Jean-Pierre Fontenay. La victoire de Shino fut la première de l’histoire de cette course remportée par un non-Européen, à l’occasion de ce tout premier Dakar disputé en intégralité sur le sol africain - le départ et l’arrivée du rallye ayant été jugés dans la capitale sénégalaise, avec un jour de repos à Agadez au Niger.

                      

Les Pajero raflèrent les quatre premières places lors de ces deux éditions, et un jeune pilote talentueux du nom de Hiroshi Masuoka termina 4ème de la catégorie T2 en 1997 au volant du nouveau Mitsubishi Challenger/Montero Sport. Il allait rééditer sa performance l’année suivante.

 

 

  • Le Dakar prenait toujours plus d'ampleur au fil des années, tant du point de vue de son nombre de participants que de sa couverture médiatique d’envergure internationale. La victoire échappa à Mitsubishi Motors lors des deux éditions suivantes, mais entre 2001 et janvier 2007, le constructeur enchaîna sept victoires d’affilée avec son équipe basée à Pont-de-Vaux dans le centre de la France, et désormais dirigée par l'ancien navigateur Dominique Serieys, à la suite du décès prématuré de Brehmer.

 

 

  • Préparé par les deux branches compétition du constructeur, Mitsubishi Motors Motor Sports (MMSP) et Mitsubishi Ralliart, le Pajero, au fil de ses différentes évolutions, se révéla imbattable sur certains des terrains les plus exigeants de la planète.

 

Cette équipe, placée sous le contrôle de la maison mère au Japon, et faisant appel à l’expertise japonaise en matière d’ingénierie et de motorisation, et au savoir-faire logistique d'un petit groupe de mécaniciens et de techniciens français, fit l’envie de l’ensemble du monde des sports mécaniques.

 

 

  • L’Allemande Jutta Kleinschmidt devint la première femme de l’histoire à remporter le Dakar lorsqu’elle et son navigateur Andreas Schulz décrochèrent la victoire en 2001 – dernière année où le rallye emprunta son itinéraire traditionnel entre Paris et Dakar.

             

L’année suivante, Masuoka suivit les traces de Shinozuka en offrant à Mitsubishi sa septième victoire dans le rallye, aux côtés du Français Pascal Maimon, chargé de la navigation depuis son siège de copilote.

 

 

  • Stéphane Peterhansel était devenu le pilote de moto le plus titré de l’histoire du Dakar avec six victoires à son palmarès dans les années 1990, et Mitsubishi réalisa un véritable coup de maître en décidant de faire signer le Français. En 2000, Peterhansel finit deuxième du classement général au volant d’une voiture privée à moteur Mitsubishi, et devint, en compagnie de son navigateur Jean-Paul Cottret, le recordman des victoires sur le Dakar.

 

Le duo se priva d'un premier succès à l’arrivée de l’édition 2003 à Sharm El-Sheikh suite à un problème de suspension en fin de parcours qui permit à Masuoka et Schulz de décrocher une deuxième victoire...

 

... Quelle voiture d’exception que le tout nouveau Pajero Evo, un concept car présenté lors du salon de l’automobile de Francfort 2001, et transformé en véritable bolide du désert – autre grande première Mitsubishi dans le rallye Dakar.

 

Mais Peterhansel suivit les traces d’Auriol l'année suivante - et devint le deuxième homme à remporter le Dakar sur deux et quatre roues - en signant une victoire convaincante sur le Lac Rose au Sénégal au volant de son Pajero Evolution. Cette édition, qui s’acheva sous la chaleur suffocante de l’Afrique de l’Ouest, avait débuté sous la neige à Clermond-Ferrand, démontrant ainsi la grande polyvalence du Mitsubishi Pajero en compétition de  haut niveau, même en cas de conditions météorologiques extrêmes.

 

 

  • Si le Dakar 2004 avait réuni le chiffre impressionnant de 595 concurrents, l'édition 2005 fit encore mieux avec 688 participants. Peterhansel et Cottret défendirent leur titre et offrirent à Mitsubishi sa 10ème victoire au volant de leur Pajero Evolution lors de cette édition dont le départ avait été donné de Barcelone pour la toute première fois.

 

 

  • Lisbonne fut choisie comme ville de départ du Dakar 2006, et Mitsubishi ne se priva pas d'une 11ème victoire après une lutte acharnée avec ses principaux rivaux dans les impitoyables dunes de sable du désert mauritanien. L’ancien skieur de descente Luc Alphand profita d’une série d’erreurs commises par Peterhansel pour décrocher sa seule victoire sur le Dakar, même si Peterhansel se racheta l’année d'après en réalisant son coup du chapeau et en offrant à Mitsubishi sa 12ème victoire, le constructeur devenant ainsi le nouveau détenteur du record de victoires sur le Dakar.

 

 

 

  • Les officiels du rallye furent contraints d'annuler l’édition 2008, et prirent alors la décision de transférer la totalité de l'épreuve en Amérique du Sud à partir de 2009.

 

Cette décision coïncida également avec un changement de stratégie du groupe Mitsubishi, et signa la fin de l’une des séries de succès les plus fantastiques jamais réalisée par une équipe de sport mécanique, que ce soit en rallye-raid comme le Dakar ou en championnat WRC, où Mitsubishi décrocha 5 couronnes de champion du monde (4 titres pilote et 1 titre constructeur).

 

  • Au calendrier mondial des sports mécaniques, le Dakar reste l'épreuve de rallye-raid la plus prestigieuse et la plus prisée des meilleurs pilotes et équipes de la planète.

 

Mais en dépit de tous leurs formidables efforts et du talent de leurs pilotes, les autres constructeurs sont encore bien loin des succès de légende obtenus par Mitsubishi Motors au cours de cet âge d’or de la marque dans l’histoire du rallye Dakar – et des sports mécaniques.

 

 

Cliquez ici pour remonter en haut de page